Mar 3 2014

NZ 17 : Reine de la nuit

Je l’ai peut-être déjà dit : depuis que je voyage en Nouvelle-Zélande, mes planifications n’ont rien de la stratégie militaire. Généralement, je me renseigne une poignée de jours ou d’heures avant de me décider sur ma prochaine étape et les impératifs à prendre en compte, qui bien souvent se résument à « Bon alors heu, oùsque j’vais dormir quand j’arrive ? ». La plupart du temps, c’est le mode de vie le plus appréciable et le plus flexible, un compromis plaisant entre la planification rigide et établie de longue date qui vous poussera à aller vous promener sous la pluie ou à quitter trop tôt un lieu ou une rencontre surgie de l’imprévu, et la totale désorganisation qui peut pareillement vous priver d’un joli moment, d’une belle occasion.

Le temps et l’espace choisis pour ma prochaine étape, Queenstown en plein dans les fêtes de fin d’année, chamboulait un peu mes habitudes. La ville à cette époque est bondée, prise d’assaut par les touristes venus festoyer en masse sous les fallacieux prétextes de la naissance du Christ et de la mort de l’année en cours. Les innombrables auberges et lieux d’hébergement qui émaillent la ville annoncent souvent complet et il est nécessaire de s’y prendre un peu plus en amont si vous désirez un lit pour reposer votre corps et votre esprit, ivres de célébrations et d’excès de bouteilles.

Lake Wakatipu Lire la suite


Fév 8 2014

NZ 16 : Torpeur et tremblements

J’avais oublié : mon sac à dos pèse lourd. Quand ça fait deux mois qu’on n’a plus transporté l’intégralité de tout son bardas, la prise de conscience est douloureuse. J’accumule insidieusement des petits trucs en plus à droite et à gauche, ces petites choses qui ne pèsent rien et qui toutes ensemble font une sacrée différence. Mais me voilà harnaché, bibendum malgré moi, un sac derrière, un sac devant, un sac de bouffe dans la main, le manteau sous le bras. Je quitte l’auberge qui sommeille encore, après un au revoir, peut-être bien un adieu, au proprio. Dernière traversée de Nelson pour attraper un bus qui se dirige vers Christchurch, la ville morte-vivante.

Christchurch

Lire la suite


Jan 28 2014

NZ 15 : Grains de sable

Toutes les bonnes choses ont une fin. Dans son album On the beach, Neil Young précisait : « It’s easy to get buried in the past when you try to make a good thing last » (il est facile de s’emmurer dans le passé en tentant de faire durer quelque chose d’agréable).

Malheureusement, ou peut-être était-ce finalement une bonne chose, la situation a commencé à changer dans le petit havre de paix de Nelson. La guerre ne fut pas déclarée, mais une insidieuse accumulation de détails faisait sentir que le vent était en train de tourner. Ce glissement est subtil, progressif, il n’est qu’une suite de petits moins bien, d’habitudes plus tenaces, de situations qui se répètent dans un ennui discret et sous-jacent. On occulte tout cela plus ou moins consciemment jusqu’à ce que tout ce qui fut glissé sous le tapis forme un dôme si imposant qu’on ne peut plus passer à côté.

DSC06197

Lire la suite


Déc 18 2013

NZ 14 : En vacance(s)

Aussi étonnant que ça puisse paraître, Nelson est situé plus au nord que Wellington. Regardez une carte du pays et vous verrez que l’Île du Sud remonte à l’ouest, ce qui place ce petit bled légèrement plus « haut » que la capitale.

Bien que pratiquement sur la même latitude, le climat des deux villes n’a rien à voir. Nelson est située dans la région la plus ensoleillée de Nouvelle-Zélande, et ce principalement grâce à la chaîne de montagnes, les Alpes du Sud (je précise, au cas où vous seriez VRAIMENT très nuls en géographie, que non, ce ne sont pas les mêmes Alpes qu’en France), qui traverse l’île du nord au sud et lui procure une remarquable protection contre les précipitations et les dépressions venues du large. En revanche, si vous passez sur la côte ouest, vous risquez de devoir fréquemment sortir les parapluies.

Nelson

Lire la suite


Nov 25 2013

NZ 13 : Au pays des merveilles

Picton rime avec Wellington de l’autre côté du détroit. Beaucoup plus petite en superficie, elle fait néanmoins écho à la capitale par sa situation géographique. Elle aussi entravée dans son expansion par les hautes collines végétales qui l’entourent, elle trouve sa liberté dans l’océan, car elle est la porte d’entrée et de sortie quasi incontournable de l’Île du Sud.

Picton

Lire la suite