Rail trip, part 2

On est encore dans la phase du voyage la moins folichonne : du rail, du rail, et toujours pas « de coke » accolé. 

<< Part 1 | Part 2 | Part 3 >>

Dimanche 31 juillet

Préparatifs de dernière minute chez Pierre, autour de la table du petit déj. On boucle et déboucle cent fois les sacs pour rien. On brasse de l’air en attendant le départ pour Bruxelles, où nous passerons la journée avant d’embarquer le lendemain matin pour une série de quatre trains se succédant plus ou moins et qui nous feront échouer dans la capitale tchèque dans la soirée. Enfin, on part, premier train du séjour pour rejoindre Bruxelles. Visite de la capitale, soleil hésitant mais prometteur. On commence le régime vacances : manger un peu n’importe quoi n’importe où à n’importe quelle heure, et ce si possible pour pas trop cher. Plutôt cool. Le centre de Bruxelles est classe et vivant, ça fourmille déjà de touristes : confirmation, on est bien en vacances. « Visite » du plus grand bar à bière d’Europe du monde de l’univers, on apprécie quelques échantillons des 2011 produits culturels. Petite sortie direction la jolie cathédrale de Bruxelles. Notre premier train part à 6h25, plutôt qu’aller dormir (hey, vous nous avez pris pour qui), on nuit-blanchise et profite de notre soirée belge. Fort curieusement, nos pas nous reconduisent au Délirium Café. On abuse un peu, sans doute. Pause et pose photo en pleine nuit devant le Manneken-Pis déserté des touristes. Kébab dégueu sur le chemin de la gare. Ensuite, les détails sont flous, il me semble avoir détourné une poubelle de son utilisation première…

Une façade la Grand-Place de BruxellesToit de la Maison du RoiLes bars du Délirium CaféL'intérieur d'un bar Délirium en sous-solUs six

Placez le curseur sur les vignettes pour lire les légendes. Merci de ne pas utiliser ces photos sans autorisation. Ah, et oui, j’ai mis une photo de nous six, pour dire qu’on y était vraiment, c’est pas que du bluff. Mais comme je n’ai jamais été très chaud pour mettre des photos persos en libre accès sur Internet, ça ne deviendra pas une généralité.

Lundi 1er août

Long et relativement pénible périple ferroviaire. Quatre trains et autant de villes-étapes : Köln (Cologne), Frankfurt (Francfort), Nürnberg (Nuremberg) et finalement Praha (Prague). Les quelques heures de battement entre les deux premiers trains nous permettent de nous balader dans Cologne. Belle cathédrale crado, et en travaux (Guillaume peut commencer à protester sur les monuments toujours en rénovation). Apprentissage mutuel et très approfondi de l’allemand, les bases : à la Kennedy-style, « Ich bin ein » suivi d’un mot résumant le sujet de la conversation nous sert à dire tout et n’importe quoi. On croise Tyrol John (un type habillé en tyrolien qui ressemble (vaguement) à Elton John). Puis retour aux trains, on aura du neuf et du moins neuf, du confortable et du casse-c… Globalement pas à se plaindre [oh oui, mon petit, pas à te plaindre, tu vas voir ce qui t’attend]. Arrivée à Prague dans la soirée, cette fois-ci, ça y est, nous sommes au cœur de l’Europe, les amarres sont bien larguées. On se rend à l’auberge de jeunesse sans trop de problèmes. Chouette bâtiment, une école primaire reconvertie pour les vacances en squat géant pour jeunes de passage en provenance d’un peu partout. On dort dans une salle de classe, avec tableau noir et petits bureaux d’écoliers, assez génial.  Deux Italiens campent avec nous dans ce dortoir improvisé. Extinction des feux pas trop tard pour récupérer du périple.

Cathédrale de CologneCathédrale de ColognePont enjambant le RhinCe salopard a bouffé nos derniers Granola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<< Part 1 | Part 2 | Part 3 >>

2 commentaires pour “Rail trip, part 2”

Laisser un commentaire