Le troupeau communautaire

Je le confesse, j’ai un plaisir coupable. Je consulte régulièrement le programme télé en ligne sur un site de la plus haute qualité qui soit : programme-tv.net, créé par Télé-Loisirs. Le site a l’avantage de présenter le programme de la soirée des principales chaînes de télévision sur une page, et ainsi, en quelques coups de molette de souris que je n’ai pas, je peux voir tout ce qu’il y a d’inintéressant à la télé le soir même.
En soi, rien de bien condamnable, mais à côté de la colonne des programmes, horreur, il y a la section « News ». La section News du site, c’est un peu le Voici, Paris-Match ou Closer du pauvre. Il s’y trouve toujours des informations capitales rédigées par des journalistes sérieux (souvenez-vous…), et je ne manque pas régulièrement de m’égarer sur quelques-uns de ces morceaux de littérature.

Mais venons-en au fait. Aujourd’hui, une brève sur « Rebecca Black : L’ado dont l’Amérique se moque » . Merde. Jamais entendu parler. Mais moi aussi je veux me moquer, alors je m’empresse d’aller lire cette folle histoire. On apprend que Rebecca a fait une chanson pourrie qui parle du vendredi, et le vendredi c’est trop cool car c’est bientôt le week-end trop génial quoi (ah, au passage, notez les quelques mots d’intro : Malgré son nom de scène, la jeune Rebecca Black n’est pas une artiste gothique, ni une actrice de Twilight. Trop fort ! Grâce à cette astuce vous faites une accroche réellement géniale à peu de frais. Moi j’ai trouvé Malgré son nom réel, Isabelle Carré n’a aucun rapport professionnel avec les hexaèdres réguliers, ou En dépit de son nom, Christian Clavier n’a jamais été mis sur la touche. N’hésitez pas à partager vos meilleures phrases d’accroche ! C’est trop bien le journalisme ! Mais je m’égare, revenons à nos moutons, car il ne s’agit que de cela).

Donc mademoiselle Black a pondu une bouse sonore, abêtissante et au texte aussi inspiré qu’une blague d’un Laurent Ruquier des grands soirs. Bien, une fois passé ce constat, où va-t-on ? Le sage s’en retourne à ses occupations, et laisse Rebecca replonger dans le néant.

Mais hélas, c’est là qu’intervient la toute puissance d’Internet. A l’heure actuelle la vidéo du clip a été vue près de 11 millions de fois, plus qu’abondamment commentée par les moqueurs de tout poil, parodiée, raillée, huée. Même, nous apprend l’article, Tania Bruna-Rosso, la spécialiste « tendances » du Grand Journal de Canal+, en a parlé. Alors même si la grande Tania (dont le métier consiste essentiellement à être jolie, à traîner sur Internet, à aller dans les soirées chic et à parler de gens qui font déjà parler d’eux, en bourrant ses phrases d’expressions toutes faites comme « faire le buzz », « girly », « mode », « pop », et autres) a décrié Rebecca, je crois qu’on peut y aller gaiement, tapons sur Rebecca.

Je ne vais pas m’éterniser sur la question, d’autant qu’elle m’épuise à chaque fois que je tombe sur un « phénomène » (encore un mot affectionné par notre chère Tania) du genre. Il y eu Justin Bieber, Twilight, Tokio Hotel et bien d’autres. Là où la décence et le bon sens invitent à l’indifférence, Internet se mobilise et tire toujours sur l’ambulance. Bravo, vous êtes le cent-millionième à avoir fait une blague sur Justin Bieber, parce que quand même, lol, comment c’est nul!!!! Bravo, la finesse de votre jugement laisse sans voix. Vous êtes puissant, spirituel, un esprit éclairé et lucide à qui on ne la fait pas. Et puis c’est tellement fun de partager le lol ! Vagissons ensemble dans la même direction, confortablement lovés dans l’abrutissante bêtise du groupe.
Et après la fin de la curée, retournons joyeux vers le dernier totem que le même troupeau adule avec un néant de réflexion similaire.

De grâce, la prochaine fois qu’on vous parle de Justin Bieber, qu’on vous envoie un lien vers  la vidéo de Rebecca Black, qu’on vous incite à rire du dernier loser à la mode sur Internet, tournez poliment les talons.

Hurler avec les loups

Malgré son nom de scène, la jeune Rebecca Black n’est pas une artiste gothique, ni une actrice de Twilight.


8 commentaires pour “Le troupeau communautaire”

  • François Veevaete dit:

    Ce qui est surtout énervant sur le « net communautaire » c’est le négativisme ambiant, et ça rejoint assez bien ce que tu décris ici.

  • Scribe dit:

    Négativisme heu ouais, peut-être, ça m’a pas non plus tellement frappé. Y’a des gens qui créent des mouvements incroyablement enthousiastes pour plein de choses, avec même manque de lucidité patent quant au possible aboutissement dudit projet…

    Après oui, c’est vrai que le dénigrement est toujours plus facile bien planqué derrière un pseudo et l’écran de son ordinateur.

  • # dit:

    « phenomene » critico-internet de la semaine, j’espere que tu n’as pas manque Jimmy Wong vs Alexandra Wallace. Ca c’est quand meme assez drole dirais-je.

  • Scribe dit:

    Ah non, j’en avais pas du tout entendu parler. J’ai été voir les vidéos en question, c’est vrai que c’est assez drôle. Pour le coup, c’est un bon exemple de réponse intelligente à la débilité crasse.

  • Yann dit:

    Bonjour bonjour, je viens faire chier le monde.
    Hum. C’est le cube qui est un hexaèdre régulier (hexaèdre veut dire qu’il a six faces). Un carré, c’est une figure plane. Voili voilou.

    Mis à part ça, je suis d’autant plus d’accord avec toi que ceux qui se moquent de cette chanson en écoutent bien d’autres dont les paroles sont aussi connes. Allez, un petit extrait de la prose des Black eyed peas: « Let’s Do it (x13) »
    Ca en jette, non?

  • Scribe dit:

    Ah enfin, y’en a un qui suit ! C’était un test pour voir si les gens comprennent vraiment ce qu’ils lisent ou pas ! Bravo d’avoir fait la remarque !

    (… c’est crédible ? Non, bon, tant pis, je laisse comme ça, pour preuve de mon inculure.)

  • # dit:

    Ce qu’il y a de bon avec les critiques, que ce soit Rebecca Black ou Alexandra Wallace, c’est que ca inspire de vrais bijoux :
    http://www.youtube.com/watch?v=hxleH60hDJY

  • Scribe dit:

    Ahah beau boulot ! J’aime bien les gens qui se donnent la peine de pousser les délires à fond.

Laisser un commentaire